L' ARNAQUE du CLIMATEGATE

Il m’apparaît important et utile de faire le point sur la dernière intox en cours après la crise financière et le 9/11 pour ceux qui ne suivent que la radio et la Tv: j’ai nommées le CLIMATEGATE

 

 


Claude Allégre persiste et signe [itv] Durand 251109 FR2
par peanutsie

 


Claude Allègre s’affirma le premier climato sceptique reçu dans les médias en France.

> Allègre itw par G. Durant

> Vidéo -Egalité & réconciliation - Claude Allègre contre Nicolas Hulot

 

Jouant de la stratégie du brise-glace, il ouvre le passage au plus pointilleux VINCENT  COURTILLOT.

> V. Courtillot, conférence de Nantes

> V. Courtillot sur son livre et le « réchauffement »

> Conférence à l'université de Strasbourg - 15 septembre 2009 les erreurs du Giec - Partie 1/6

 

 

 


La jeune fille qui traîte mr Courtillot de « négationniste dans ce débat chez Taddéi (V. Courtillot clash JL Borloo chez Taddéi) est du WWF. Lire cet article très intéressante sur le WWF : Dans les coulisses du WWF



Le réchauffement ou le refroidissement climatique sont ils plus dus au soleil qu’autre chose ?

 

 

> Documentation : Des modèles qui sur-estime l’homme et sous estime le soleil + Vidéo (VO anglais Sous-titrée en français) : Kyoto, le réchauffement climatique est-il plutôt lié à l’Homme ou… au Soleil ?- GNT : La réchauffement climatique affecterait l planète MarsLe soleil dans un cycle d’activité croissant jusqu’en 2012Docu Planète : le soleil est il la cause du réchauffement climatique ? Hausse ou baisse des températures? L’Expansion

 

La fonte des glaces en question : http://www.foxnews.com/story/0,2933,517035,00.html

Et en français ici : http://www.newsoftomorrow.org/spip.php?article6956

 

Voir également le Film : La Grande Fraude du réchauffement climatique

 

Et lire l’excellent article : Le réchauffement climatique, une arnaque ? par NosLibertés.

 

Vidéo : Interview de Laurent Cabrol : Laurent Cabrol, licencié de TF1 pour son livre contre le GIEC (vidéo) –Pourquoi Laurent Cabrol s’est-il fait éjecté de TF1 ? Y aurait-il un rapport avec la sortie de son bouquin qui conteste la version officielle des causes du réchauffement climatique... ?

 

 

Surgit alors le scandale du CLIMATEGATE :

 

Voir également : http://www.newsoftomorrow.org/spip.php?article6985 sur la complicité du GIEC avec les grandes compagnies pétrolière qui ressort des textes du Climategate.

 

Sans doute l’un des exemples les plus flagrants de copinage dans le milieu du climat ayant émergé du scandale du « Climategate » sont les emails dans lesquels les scientifiques du CRU - le corps qui fournit la plus grande partie des données de base concernant le réchauffement global pour l’IPCC de l’ONU discutent sur la manière dont ils ont mené des réunions avec Shell Oil afin de les lister en tant que « partenaire stratégique » en contrepartie de leur financement dans la recherche sur le réchauffement global induit par l’homme..

 

Voir à ce sujet D. Voynet interpellée sur ce sujet par Eric Zemmour (vidéo) et qui nie la pertinence de ces documents. (partie 2)

 

 

Sommes nous en face d’une sorte de coup d’Etat, d’un changement de structure de l’empire, d’une stratégie étatique de contrôle accru ? Ecoutons le pertinent Grand François comparer la révolution Verte à la révolution chrétienne de l’empire romain.

 



par sebmusset

 

Revoir à ce sujet le Film : « The Fall Of The Republic » VOSTFR (1/15) sur le coup d’Etat Obama qui explique que les Green Jobs sont un moyen de contrôle quasi soviétique de l’économmie.

 

Mais c’est une véritable idéologie qui s’exprime au travers de cette tentative de contrôler le dévellopement de chaque nation sur Terre : le malthusianisme.

 

> Vidéo-conférence S&P : la croissance verte est un crime contre l’humanité sur la résolution de la crise par le fascisme vert…

 

> Vidéo S&P : Cheminade : Facisme Financier et Croissance Verte sur l’idéologie de réduction de la croissancce, du niveau de vie et de la population qui sous-tend les sommets mondiaux sur le climat.

 

L’exemple de Jonathon Porritt : Réduire la population pour lutter contre le réchauffement climatique http://www.voltairenet.org/article162212.html

Leader historique du parti vert au Royaume-Uni, directeur des Amis de la Terre (Friends of the Earth), puis du Forum du Futur (Forum for the Future), Jonathon Porritt est devenu l’expert incontournable des débats britanniques médiatiques sur l’environnement.

Outre ses activités d’administrateur d’un puissant consortium de distribution d’eau potable, Wesser Water, il développe un important think tank, l’Optimum Population Trust, dédié à l’études problèmes démographiques.

Observant les difficultés que rencontre la population mondiale dans son environnement naturel, il n’en conclut pas à une nécessaire remise en cause de la société de consommation, mais à une indispensable réduction de moitié de la population mondiale.

Lors de ses dernières interventions, Jonathon Porritt a préconisé la réduction de la population britannique de 61 à 30 millions de personnes. Sans surprise, il entend encourager pour cela le contrôle des naissances, la contraception et l’avortement. Il assure que son plan global est la solution la moins couteuse pour stopper le réchauffement climatique.

Jonathan Porritt est le principal conseiller en matière écologique du Prince Charles et du Premier ministre travailliste Gordon Brown. Ses théories reçoivent un bon accueil aussi bien à gauche qu’à droite. Le chef de l’opposition, le conservateur David Cameron, s’y montre ouvert. Cependant, quelques voix s’y opposent, y compris au sein des Verts, notamment celle du journaliste environnementaliste du Guardian, George Monbiot. Ce dernier ne critique pas l’aspect autoritaire d’une politique de réduction démographique (d’autant que sa solution personnelle pour lutter contre le réchauffement climatique est l’institution de tickets de rationnement de CO2), il dénonce une politique qui porterait un coup fatal à la croissance économique et au capitalisme.

En définitive, dans ce débat, l’argument du réchauffement climatique est secondaire. Ce dont il s’agit, c’est du renouveau du malthusianisme. Ainsi, Jonathon Porritt préconise —toujours pour réduire la population britannique— d’interdire l’immigration. Ce qui lui a valu le soutien du ministre travailliste de l’immigration, Phil Woolas.

 


 

Le texte ayant fuité des rendez-vous danois confirme la vision malthusienne des accords sur l’écologie :

 

Les entretiens sur le climat du Sommet Onusien de Copenhague sont dans le désarroi aujourd’hui après que les pays en voie de développement ont réagi furieusement aux documents ayant filtrés, qui montrent que les leaders mondiaux seront invités la semaine prochaine à signer un accord qui remet plus de puissance aux pays riches et met à l’écart le rôle de l’ONU dans toutes les futures négociations sur le changement climatique.

http://www.guardian.co.uk/environment/climate-change

Le document a également été interprété par les pays en voie de développement comme fixant des limites inégales sur les émissions de carbone par habitant pour les pays développés et en voie de développement pour 2050 ; signifiant que les populations des pays riches seraient autorisés à émettre presque deux fois plus sous les termes de ce texte.

http://www.guardian.co.uk/environment/carbon-emissions

Le soi-disant texte danois, une ébauche d’accord préparée en secret par un groupe d’individus connus sous le nom de « cercle d’engagement » (The Circle Commitment)- mais connu pour inclure le R-U, les USA et le Danemark - a seulement été montré à une poignée de pays depuis qu’il a été achevé cette semaine.

http://www.guardian.co.uk/environment/2009/dec/08/copenhagen-climate-change

L’accord, ayant fait l’objet de fuite et envoyé au Guardian, part sur le principe du protocole de Kyoto, stipulant que les nations riches, qui ont émis le gros du CO2, devraient prendre des engagements fermes pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, alors que les nations plus pauvres n’étaient pas obligées d’agir. L’ébauche d’accord remet la mission du contrôle des finances ayant attrait au changement climatique à la Banque Mondiale ; abandonnerait le protocole de Kyoto - le seul traité légal dont le monde dispose concernant la réduction des émissions ; et fournirait l’argent pour aider les pays pauvres à s’adapter au changement climatique à condition qu’ils s’engagent sur tout une gamme d’actions.

http://www.guardian.co.uk/environment/kyoto-protocol

Le document a été décrit la nuit dernière par un diplomate senior comme étant « un document très dangereux pour les pays en voie de développement. Il représente une retouche fondamentale au rôle d’arbitre de l’ONU. Il est censé être imposé sans discussion ». Une analyse confidentielle du texte par les pays en voie de développement, également vue par le Guardian, montre le malaise profond concernant les détails du texte. En particulier, il consiste en :

* Forcer les pays en voie de développement à accepter des coupes et des mesures spécifiques d’émission qui ne faisaient pas partie de l’accord initial de l’ONU ;

* Diviser davantage les pays pauvres en créant une nouvelle catégorie de pays en voie de développement appelés « les plus vulnérables » ;

* Affaiblir le rôle de l’ONU dans la gestion des finances ayant attrait au climat ;

* Ne pas autoriser aux pays pauvres d’émettre plus de 1,44 tonne de Carbone par personne d’ici à 2050, tout en permettant aux pays riches d’émettre 2,67 tonnes par personne.

On comprend que les pays en voie de développement qui ont vu le texte soient furieux que ce texte soit soutenu par les pays riches sans qu’on les ait mis préalablement au courant et sans discussion.

« Il a été fait en secret. Clairement l’intention est d’obtenir de [Barack] Obama et des leaders des autres pays riches de le muscler tout au long de la semaine prochaine quand ils arriveront. C’est effectivement la fin du processus de l’ONU, » a dit un diplomate, qui a demandé à rester anonyme.

Antonio Hill, conseiller en politique du climat pour Oxfam International, a indiqué : « C’est seulement une ébauche mais il met en avant le risque que quand les grands pays viendront ensemble, les petits auront mal. A tous les niveaux, les coupes d’émission doivent être réévaluées vers le haut. Cet accord permet trop d’échappatoires et ne s’approche en rien des 40% de coupe recommandée par la science. »

Hill poursuit en disant : « l’accord propose un fonds vert géré par un conseil mais le grand risque est qu’il soit pris en charge par la Banque Mondiale et par le Service d’Environnement Global [une association de 10 agences comprenant la banque mondiale et le programme des Nations Unies pour l’environnement] et non pas par l’ONU. Ce serait un pas en arrière, et cela tendrait à mettre des contraintes sur les pays en voie de développement alors que rien de cela n’a été négocié dans les précédents entretiens sur le climat de l’ONU. »

http://www.gefweb.org/

Le texte a été prévu par le Danemark et les pays riches pour délimiter un cadre de travail, qui serait adapté par les pays au cours de la semaine prochaine. Il est particulièrement explosif car il met à l’écart le rôle d’arbitre de l’ONU et suggère que les pays riches n’ont pas d’espoir que les leaders mondiaux aient un texte sur lequel travailler quand ils arriveront la semaine prochaine.

Peu de nombres ou de chiffres sont contenus dans le texte car ceux-ci seront complétés plus tard par les leaders mondiaux. Cependant, le texte veut limiter les élévations de la température à 2° C et mentionne la somme de $10 milliards par année pour aider les pays pauvres à s’adapter au changement climatique de 2012 à 2015.

http://www.guardian.co.uk/environment/2009/dec/08/copenhagen-climate-summit-disarray-danish-text

Traduction Alter Info

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :