11/09 > En France : Omerta Journalistique


OMERTA MEDIATIQUE EN FRANCE SUR LE 11 SEPTEMBRE



Sur cette page est proposé un archivages des echos médiatiques autour du 11 septembre. Les articles de la fin propose una analyse des discours et de leurs énonciateurs à ce sujet.

Cette page est régulièrement updatée.

 

- les echos médiatiques du 11 septembre, de 2001 à 2010

- les mécanismes de propagande

- les collusions journalistiques

- le Cercle de l'Oratoire et Charlie Hebdo


2002 – 2003 – 2004

 

 

 

- Le 16 mars 2002, Thierry Meyssan, animateur du réseau Voltaire, est invité sur le plateau de Thierry Ardisson [partie 1, partie 2, le texte de l’intw] pour présenter son livre, l'Effroyable imposture (rapidement devenu depuis best-seller mondial), le premier à défendre la thèse selon laquelle aucun avion ne s'est crashé sur le Pentagone. Même si Thierry Ardisson a annoncé plus tard regretter d'avoir donné une tribune à ces idées, l'impact est fort dans la petite communauté des journalistes parisiens, et dans la foulée il est invité à présenter ses analyses sur deux autres chaînes [Canal + 1/1, 2/2] [France 5 1/4, 2/4, 3/4, 4/4], toujours en mars. Peu après, une circulaire interne du CSA interdira à toute chaîne de recevoir Thierry Meyssan. Il fut ensuite déclarée persona non grata sur le territoire américain. Puis Meyssan se dira menacé et contraint à l’exil après l’élection de Nicolas Sarkozy, disant ne plus bénéficier des protections qu’il avait jusque là. [Bio de Meyssan par Tranzfert.net] [Bio de Meyssan par Prochoix]

 

- Le 7 juin 2003, Ardisson récidive en invitant Eric Laurent sur son plateau [voir ici] pour son livre, La face cachée du 11 septembre, qui nous apprend entre autre que Ben Laden n'a jamais revendiqué les attentats, et laisse largement planer le doute sur l'organisation supposée des attentats par ce même personnage. Eric Laurent est un journaliste reconnu par la communauté journalistique, ce qui expliquera probablement l'absence d'attaques de la part des journalistes à son égard. Il a en outre collaboré avec Bakchich [ici et ici] et France Inter pour des productions sur le sujet [l’émission Rendez-vous avec X, 1/12/2].

 

- En 2004, Arte proposa le documentaire Opération Lune de William Karel qui mélange vrais et faux témoignages pour induire le spectateur dans l’idée que les USA ne sont en fait pas allé sur la Lune. Le « philosophe » et historien Alexandre Adler proposa à cet occasion une formidable propagande visant à assimiler fascisme, islamisme et « conspirationnisme » c’est à dire demande de vérité sur des évènements tels que le 11 septembre. Un indépendant du net a réalisé une brillante analyse de ces propos en vidéo. Rappelons qu’Adler fut invité au Bilderberg 2003 (voir le Dossier – Bilderberg) et est membre de la GLNF. [Cmplmt : article du Monde Diplomatique sur Alexandre Adler].

 

 

 

2006 – 2007 – 2008

 

 

 

- Le 16 novembre 2006, Fiametta Venner (de la publication Prochoix, crée par Caroline Fourest, collaboratrice de Charlie Hebdo) présente sur I-TV son livre l’Effroyable Imposteur sur Thierry Meyssan, inaugurant la diabolisation systématique de ce personnage.

 

- Le 16 février 2007, Paris Dernière sur la chaîne Paris Première, présentée par Frédéric Taddeï consacre une de ses émissions peu conventionnelles à l'actrice Marion Cotillard dans laquelle elle exprime de forts doutes au sujet de la version officielle des évènements du 11 septembre. Le 29 février 2008, alors que les propos refont surface sur Internet, elle est raillée dans l’hebdomadaire Marianne puis, le 29 mars 2008, violemment attaquée par le « philosophe » Robert Redecker dans une tribune du journal le Monde (il sera d’ailleurs limogé de l’éducation nationale peu après).

 

- Avril 2008 : Caroline Fourest (Charlie Hebdo, Prochoix) réalisera une chronique rappelant l’influence nocive de Thierry  Meyssan – chronique du 11/04/2008 – ainsi, pour elle exprimer des doutes dur la version officielle (comme Ahmadinejad) reviens à faire preuve d’antisémitisme. Toujours en avril, Jeudi Investigation sur Canal+ propose un film très partial de Stéphane Malterre sur la mouvance « conspirationniste ». Suite à un article critiquant Malterre sur Mediapart ce dernier réagira par une lettre publique. Daniel Schneiderman (ASI) proposera un débat sur Internet , qui n’avait pas eu lieu sur Canal. Plus tard, ReoPen911 proposera une analyse critique du documentaire en vidéo. En juillet, Agoravox propose une tribune à Olivier Delcroix pour interpréter les théories du complot à la lumière de la fiction d’Internet, des jeux vidéos et de la bêtise… De la propagande bas de gamme.

 

 

 

2008 – 2009

 

 

 

- Le 5 septembre 2008, lorsque Jean Marie Bigard, humoriste français reprend en direct sur Europe 1 et à une heure de grande écoute les thèses controversées d’un complot gouvernemental qui auraient orchestré les attentats du 11 septembre. Citant Thierry Meyssan, il s'attire les foudres d'un certaine communauté journalistique (comme l’équipe de Morandini sur Direct 8, du groupe Bolloré, le lendemain matin) qui, dès le lendemain, s'emploi à le traiter de révisionniste, employant la formule biaisée "Bigard nie le 11 septembre". Pierre Alphonsi, présent à l’antenne, reviendra sur ces propos en les condamnant. L’émission On refait le monde, animée par Nicolas Poincaré sur Europe 1 met en scène une certaine Géraldine Muhlmann (émission du 8 septembre 2008émission du 17 septembre 2008) puis une Clara Dupont Monod (émission du 23 septembre 2008) est un exemple de l’agression haineuse que subissent désormais les contre-discours. En tout, dans les quelques semaines qui suivent l’evenement, ce sont plus de 400 coupures de presse qui paraîtront sur le sujet [Voici, Metro, LCI, Nouvel Obs (2),7sur7, Rue89, Le Monde, Gala, PurePoeple, C4N, JDD, Entrevue, UPJF, 20 minutes, Bakchich…], pour la plupart jettant l’anathème. Le 9 septembre, Europe 1, qui a désormais interdit Bigard d'antenne, titre "Bigard demande pardon". Pourtant, le 14 septembre sur France 3 puis le 10 Octobre sur Canal + Bigard peut revenir en public sur les évènements des dernières semaines et déclarer qu'il maintient ses doutes, tout en affirmant qu’il aurait subi de nombreuses pression dont de la part de son supposé « ami » Nicolas Sarkozy de Nagy-Bocsa. Quelques mois plus tard, Bigard annonce la création d’une série de sketchs sur le sujet du 11 septembre [voir ici], ce qui lui vaudra d’être raillé une nouvelle fois dans l’émission de Morandini sur Direct8.

 

- Le 17 septembre, la direction de France 24 annonce le limogeage de deux de ses directeurs de l’information/rédacteur en chef, Alain Deniau et Bertrand Coq, à la suite d’un débat [1/2, 2/2] (portant très partiel voire malhonnête) sur le 11 septembre 2001. Notons que Bertrand Coq n’était déjà pas apprécié du Quai d’Orsay pour son livre Les tribulations de Bernard K en Yougoslavie – la directrice de RFI, Christine Ockrent, étant également la femme du ministre du Quai d’Orsay, Bernard Kouchner. A ce sujet, lire l’article d’Agoravox sur « le grand ménage » entamé par Mme Ockrent dès son arrivée dans la chaîne. Rappelons l’histoire de Richard Labévière, remercié de Radio France International le 12 août 2008 pour son information sur la rencontre CIA/Ben Laden à Dubaï et son interview du président syrien Bachar-Al-Assad. Notons également que l’interviewer Ulysse Gosset sera lui aussi limogé pour avoir réalisé une interview « non conforme » de Bernard Kouchner.

 

- Le 11 septembre 2008, PublicSénat diffuse un entretient avec Pascal Froissart sur le thème l’incroyable rumeur, tentant de faire passer les propos de Bigard pour de la crédulité. Le même jour cependant Cécile Kervasdoué expose de manière très neutre les théories alternatives à propos des attentats du 11 septembre 2001 exposées dans le documentaire  "Zéro - enquête sur le 11 Septembre" ] dans une chronique sur France Musique. [Ce film réalisé en 2008 par Giulietto Chiesa (ex-député italien au parlement européen) fut diffusé le 12 septembre 2008 sur la 1ere chaîne de la TV russe, suivi d’un débat avec entre autre Meyssan]. Le 31/10/08 un petit nouveau « blogger » propulsé curieusement dans une tribune en vue sur France Inter, Pascal Mendès-France utilise sa première chronique pour dénoncer la doxa conspirationniste sur Internet – une propagande encore une foi assez facile. Egalement en octobre, la chaîne Direct 8 s’interroge sur les propos de Bigard, et la diffusion du film Zero de Giulietto Chiesa. Début décembre 2008 France 2 diffuse un documentaire dans Complément d’Enquête où sont interviewés entre autre les membres de ReOpen911, et, comme la coutume journalistique le veut désormais, leurs avis sont systématiquement discrédités. Mécontent du traitement sélectif des propos de l’interview, les membres de Reopen911 diffusent alors l’interview sans coupure, et réalise une petite fiction sur le sujet. Le 11/10/2008 Karl Zero donne son avis sur le 11 septembre et Bush chez Ardisson, après avoir réalisé un film basé sur des milliers d'heures d'archive sur W. BUSH [extraits du film 1/3, 2/3, 3/3]. Le 10 septembre 2008, la RTBF diffuse également un documentaire pernicieux sur les tenant de la révision du 11 septembre, qui donnera à Michel Collon, géopolliticien belge, de produire une réponse.

 

- Début 2009, à la suite de la parution de son ouvrage Chronique du choc des civilisations, Aymeric Chauprade a été accusé par Jean Guisnel dans un article du Point, de complaisance envers les théories conspirationnistes sur les attentats du 11-Septembre (pour avoir mentionné la thèse d’Huntington). Cela lui a valu d'être, début février 2009, privé de sa chaire au Collège interarmées de défense, sur une décision expresse du ministre de tutelle Hervé Morin. Durant cette controverse, Aymeric Chauprade (qui a porté plainte contre le ministre, ainsi que contre le journal Le Point) a reçu le soutien d'élèves du CID, de l'universitaire Edmond Jouve dont il fut l'élève, tandis que le directeur du CID Vincent Desportes, tout en exprimant ses réserves sur les écrits en question, admet qu'« il n'a jamais fait de prosélytisme dans ces cours, n'a jamais exprimé sa vision du monde ». Un site de soutien au géopolitologue a également été mis en place. Le 24 mars 2009, le tribunal administratif de Paris donnait raison à A. Chauprade et suspendait la décision d'Hervé Morin [réaction audio de Chauprade à cette suspension], estimant que le ministre avait porté atteinte à une "liberté fondamentale", celle des droits de la défense. Dans une vidéo, Aymeric Chauprade répond à ses détracteurs.

 

- En février 2009, We Are Change, association pour la vérité sur le 11 septembre, confronte Rue 89 au sujet de leur traitement des questions du 11 septembre. Rue89 est un site Internet d'information et de débat participatif créé par d'anciens journalistes de Libération" – il se trouve que le rédacteur en chef Pascal Riché est comme par hasard Young Leader de la fondation franco-américaine French-American Foundation pour l'année 1999, fondation qui a pour objectif « d'oeuvrer au resserrement franco-américain dans le but de favoriser l'émergence d'un bloc atlantique unifié » La fondation recrute après une sélection sévère des jeunes dirigeants (Young Leaders) français et américains issus de la politique, de la finance, de la presse "talentueux et pressentis pour occuper des postes clefs dans l'un ou l'autre pays". [Site officiel]. Le lieu du débat est une salle du Groupe Fnac dont le Président Directeur Général, Denis Olivennes, est... membre de la même fondation franco-américaine (1996)...

 

 

 

2009 - 2010

 

 

- A la rentrée 2009, c'est au tour de Matthieu Kassovitz de présenter ses doutes sur le sujet à l'occasion d'une revue de presse dans Ce Soir Ou Jamais, animé par Frédéric Taddeï. Se présenteront à cette occasion les soutiens de Geluck et de Bigard qui se réjoui sur NRJ, alors qu’il est plutôt mis à mal lorsque Paul Amar lui donne la parole sur France 5 le 26 septembre.

C’est encore Nicolas Poincaré qui s’y colle à deux reprises, en convoquant Taddeï et le sommant de s’expliquer, puis en dénonçant la « k » des propos de Kassovitz sur France 5 dès le lendemain. Le 20 septembre Taddeï est de nouveau invité à rendre des comptes publiquement sur cette prise de parole jugée trop longue de Matthieu Kassovitz sur un autre plateau. Quelques jours plus tard, une émission spéciale 11 septembre est organisée par Guillaume Durant, avec Geluck pour seul représentant des tenants du désormais célèbre « doute », face au rédacteur du site Batisons.net, expert du Génie Civil que l’on retrouve à de nombreuses reprises sur le front des débats du 11 septembre, face également à Jean-Luc Brisard, collaborateur de Guillaume Dasquié lors d’une affaire très louche (voir plus bas). Guillaume Durant en appelle également à Le Pen pour ainsi assimiler les tenants du doute aux partisans de l’extrême droite. On notera la réaction saine et objective d’Eric Zemmour sur ces propos. Le 9 octobre, à l’occasion de l’émission Café Picouly, Matthieu Kassovitz réitère ses doutes. L’édito du 7 octobre de Thomas Legrand sur France Inter sera consacré au conspirationnisme, en utilisant le levier le Pen, sans toutefois citer une seule fois Kassovitz.

 

 

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

 

Rares sont les avis modérés ou neutres sur e sujet, comme ce papier d'ASI. Le ton est bien plus, au contraire celui de l'inquisition publique et du lynchage médiatique. Les officines journalistique se saisissent de ce qui est désormais "la théorie du complot" pour discréditer les doutes légitimes sur le 11 septembre. Une partie sera consacrée ici plus tard à une analyse des mécanismes de cette propagande.

 

 

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

 

De plus, à l'analyse, on peut observer que ces journalistes, experts ou analystes qui font front commun contre "les dangereux fascistes d'Internet et leur théorie du complot" entretiennent de remarquables coopérations professionnelles voire de véritables liens d'amitié.


ANNEXE 1 : Guillaume Dasquié, un journaliste manipulé par les services secrets ?

 


 Guillaume Dasquié a été interpellé par la DST à son domicile le 5 décembre 2007, placé en garde à vue puis mis en examen, le 6 décembre, pour « compromission du secret de la défense ». Il lui est reproché d'avoir divulgué, dans Le Monde du 17 avril 2007, des documents non déclassifiées provenant de la direction générale de la sécurité extérieure (DGSE). Ces documents révéleraient des informations dont disposaient les services de renseignements français sur Al-Qaeda avant les attentats du 11 septembre 2001 à New York. Il s'agit notamment d'une note classée confidentiel défense du 5 janvier 2001 sur Al-Qaeda, intitulée « projet de détournement d'avion par des islamistes radicaux » et d'une autre du 13 septembre 2001 consacrée aux ressources financières d'Oussama ben Laden faisant apparaître le nom du banquier saoudien Khaled Bin Mahfouz. Michèle Alliot-Marie, alors ministre de la Défense, avait saisi le procureur de la république d'une plainte contre X. Dans un article du journal Le Monde du 26 décembre 2007, Dasquié détaille sa garde à vue, ainsi que dans une émission sur France 5. Il précise qu'il n'a pas révélé le nom de sa source, c'est-à-dire la personne qui lui avait remis les documents.

 

 Le livre L'effroyable mensonge a été poursuivi en justice par Thierry Meyssan, principal animateur du Réseau Voltaire, ainsi que, en 2002, par Hubert Marty-Vrayance, commissaire à la direction centrale des Renseignements généraux. Cet ouvrage, sous-titré thèses et foutaises sur le 11 septembre, proposait une démonstration invalidant la théorie du complot de Thierry Meyssan et du Réseau Voltaire selon laquelle aucun avion ne se serait crashé sur le Pentagone le 11 septembre 2001. La contre-enquête de Guillaume Dasquié et Jean Guisnel consistait à apporter des preuves confirmant l'information relative au crash de l'avion contre le Pentagone. Elle mettait également en évidence les liens entre Thierry Meyssan et un commissaire des renseignements généraux (RG), Hubert Marty-Vrayance et critiquait sur un ton pamphlétaire « certaines dérives » du Réseau Voltaire. Hubert Marty-Vrayance a toujours été débouté de ses demandes contre le livre. Le 17 mars 2007, la Cour d'appel de Versailles a débouté Thierry Meyssan de ses plaintes contre le livre.

 

Un chapitre du livre Ben Laden, la vérité interdite, publié en novembre 2001, coécrit par Guillaume Dasquié et Jean-Charles Brisard a été l'objet d'un contentieux judiciaire à Londres, sur la base d'une plainte pour diffamation de la part du banquier saoudien Khaled Bin Mahfouz. Dasquié et Brisard reconnaissent ensuite avoir inventé cette piste saoudienne. Jean-Charles Brisard a formellement reconnu être l'unique auteur du chapitre contesté, dans une attestation signée pour les tribunaux américain. Au mois d'octobre 2006, ce contentieux a donné lieu à une transaction signée entre les avocats de ce banquier et les deux auteurs, sous la forme d'une lettre d'excuses mentionnant que les sources à l'origine du chapitre litigieux s'étaient rétractées postérieurement à sa publication. Les représentants de Khaled Bin Mahfouz, Kendall and Freeman, ont ensuite acheté des encarts publicitaires pour offrir une large diffusion à cette lettre d'excuses. Selon un jugement du Tribunal de grande instance de Paris du 30 mai 2008, postérieurement à ce contentieux, Guillaume Dasquié a recueilli en mars 2007 une interview du responsable du contre-terrorisme au sein des services secrets français de la DGSE, Alain Chouet, confirmant et détaillant le rôle de soutien financier de Khaled bin Mahfouz au profit d'Oussama ben Laden. Après des échanges écrits avec les avocats de Khaled bin Mahfouz, Alain Chouet avait affirmé que cette interview avait été inventée. Au vu des éléments matériels apportés à l'audience par Dasquié, le tribunal a confirmé l'authenticité de l'interview et a condamné le responsable de la DGSE a versé 9.000 Euros de dédommagement au journaliste.

 

 

 

ANNEXE 2 : Le Cercle de l’Oratoire, Officine de Propagande Atlantiste

 

 

Une soirée Théma sur Arte est consacrée le 13/04/2004 au phénomène désormais nommé « conspirationnisme » : Tous Manipulés ? comprenant le film d’Antoine Vitkine (membre du Cercle) Le Grand Complot [2/3, 3/3] suivi d’un débat [2/2] avec Remi Kauffer, Philippe Val, Gunther Latsh (Der Spiegel), présenté par Daniel Leconte, lui-même producteur des films de Vitkine (comme celui-là : Le 11 septembre n’a pas eu lieu, intro de Leconte) à travers sa société, Docs en Stock. Le 11 septembre 2008, le même Antoine Vitkine proposait lui aussi une interprétation des « théories du complot » à l’occasion d’une chronique sur France Inter. Le 20 février 2009, Philippe Val jugeait que les 10% de la population supposés ne pas croire la théorie officielle du 11 septembre étaient « 10% de sales cons ». Le 10 mars 2009 on a pu voir un autre «débat» intitulé sobrement Le Grand Débat, sur la chaîne Histoire, rassemblant Pierre André Taguieff (), Guillaume Dasquié (voir plus haut)…

 

Arrêtons-nous un instant pour observer les liens qui unissent ces différents protagonistes grâce à cette excellente vidéo réalisée par un internaute qui nous met en lumière le Cercle de l’Oratoire.

> Propagande néo-conservatiste en France : le cercle de l´Oratoire - Partie 1/2

> Propagande néo-conservatiste en France : le cercle de l´Oratoire - Partie 2/2

(Voici pour compléter un excellent documentaire [1/2, 2/2] sur l’œuvre d’Edward Bernays.)

 

Ce document amateur nous permet de saisir les liens idéologiques et stratégiques qui unissent le groupe du Cercle de l’Oratoire (Vitkine, Leconte, Taguieff, Bruckner, Bacharan, Glucksmann…) avec de personnalités politico-médiatiques de premier ordre avec lesquelles elles partagent un même discours.

 

Prenons donc l’exemple de Philippe Val, qui n’en est pas membre, mais dont es logorrhées hebdomadaires haineuses de son édito de Charlie Hebdo rapproche du  discours du Cercle. Sa protégée Caroline Fourest et la publication Prochoix se contente de suivre la ligne directrice en y jouant sa nuance (attaques contre Meyssan, puis contre Tarik Ramadan…)

 

Philippe Val est quelques peu discrédité par ses amitiés avec l’épouse du chef de l’Etat, l’affaire Siné et le film de Pierre Carles sur le professeur Choron (dont voici un add-on inédit centré sur Philipe Val !). Val présente son livre sur France 3 Reviens Voltaire, ils sont devenus fous, dans lequel il explique que l’Islam est actuellement le plus grand danger pour la démocratie. Les commentateurs politique Eric Zemmour et Eric Naulleau ont le courage d’attaquer légèrement Philippe Val sur son comportement étrange et ses paradoxes dans On est pas couchés.

 

Il se trouve que selon de nombreux observateurs, dont le réseau Voltaire et Thierry Meyssan, la fameuse affaire des caricatures danoises serait une sorte de coup médiatique monté par les néo-conservateurs pour accroître les tentions ethniques en France [l’histoire cachée des caricatures de Mahomet, par Thierry Meyssan] [caricatures danoises et hystérie en trompe-l’œil, par le réseau Voltaire] [l’obsession identitaire des médias français, par C. Housez (Voltaire)] [Vendre le choc des civilisation à la gauche, par C. Housez].

 

La conférence de suivi de la Conférence de Durban (Afrique du sud) de 2001 sur le racisme se tient à Genève en Avril 2009. Elle est l’enjeu de débats et de combats politiques qu’il n’appartient pas à la critique des médias de tenter d’arbitrer. A cette occasion, la virulente campagne contre Jean Ziegler qui dure depuis plusieurs années reprend de plus belle.

Charlie Hebdo du 18 mars 2009 a publié un article de Caroline Fourest et Fiammetta Venner, sous un titre qui se passe de commentaires : « Selon Jean Ziegler, l’obésité menacerait la Somalie ». Le même article est publié, avec quelques retouches sur l’ordre des phrases, sur le site de Prochoix sous un titre moins infâme : « Jean Ziegler : un rapporteur partiel et partial »

Réponse de Jean Ziegler à Charlie Hebdo. L’article de Charlie Hebdo se borne pour l’essentiel à relayer une campagne parfaitement identifiable, quoique non sourcée : la campagne d’UN-Watch contre Jean Ziegler. UN-Watch, qui se présente comme une ONG indépendante, peut difficilement se prévaloir d’être apolitique. En effet, elle se dédie non seulement à la lutte contre l’antisémitisme, mais surtout à la défense de la politique états-unienne et israélienne, comme le confirme son affiliation à l’American Jewish Committee (AJC) qui soutient indéfectiblement la politique de l’Etat d’Israël.

 

Pour mémoire au sujet de Charlie Hebdo :

- « Elle court, elle court la rumeur »
- «  Charlie Hebdo court après les rumeurs qu’il répand »
- « Philippe Val, propagateur de calomnies et docteur ès déontologies »
- « Philippe Val sur France Inter : un récital de mensonges et de calomnies contre Chomsky »
- « Philippe Val est “navré”, Philippe Val est navrant »

Voir aussi : "Le lamentable mensonge d’une journaliste de Charlie Hebdo" dans « Lu, vu, entendu, n°11 : "Critiques et cyniques" », 11 mars 2005 ; "Charlie Hebdo brouille les mots et les pistes", dans « Lu, vu, entendu, n°12 : "D’ici et d’ailleurs" », 25 mars 2005.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :